Les dossiers de Comics France : Steve Ditko

Steve Ditko est un dessinateur et scénariste américain de comics né le 2 novembre 1927 à Johnstown, en Pennsylvanie. Il est principalement connu comme co-créateur de Spider-Man. Il est aussi un adepte convaincu de la philosophie dévéloppée par Ayn Rand, l'objectivisme, qui a beaucoup influencé son œuvre.


Biographie
Ditko étudia à la Cartoonists and Illustrators School à New York auprès de Jerry Robinson et commença à illustrer des comic-books professionnellement en 1953. La plupart des ses premiers travaux, des histoires policières, de science-fiction, ou d'horreur, étaient réalisés pour Charlton Comics (pour qui il continua à travailler de manière intermittente jusqu'à la fin de la compagnie en 1986). Plus tard dans la décennie, il commença à travailler aussi pour Atlas Comics, le précurseur de Marvel Comics à l'époque. En 1958, il crée un studio avec Eric Stanton, artiste de bondage et fétichisme américain.


Marvel Comics
Ditko et Stan Lee créèrent Spider-Man dans Amazing Fantasy #15 (Août 1962}, et peu après le Docteur Strange, dans Strange Tales #110 (Juillet 1963). Ditko dessina aussi beaucoup d'histoires de Hulk, d'abord dans le dernier épisode de The Incredible Hulk (#6, Mars 1963), puis dans Tales to Astonish, à partir de l'épisode #60 (Octobre 1964) de ce split book jusqu'au #67 (Mai 1965). Dans ces histoires, Ditko designa le principal adversaire de Hulk, le Leader (épisode #62, Décembre 1964), et développa le principe selon lequel Bruce Banner se transformait en Hulk dans des situations de stress extrême, plutôt qu'à cause de la pleine lune ou autre chose, comme cela avait pu être établi auparavant de manière confuse.

Restées dans l'ombre de son travail sur The Amazing Spider-Man, les histoires du Docteur Strange par Dikto étaient aussi remarquables, montrant des paysages mystiques surréalistes et des visuels hallucinés. À la longue, comme co-scénariste, puis seul, conformément à la « méthode » Marvel, Ditko enverra Strange dans des royaumes toujours plus abstraits, les dialogues de Lee lui permettant de ne pas perdre pied. Le passage de Ditko sur "Dr. Strange" culmina avec l'introduction, dans Strange Tales #146 (Juillet 1966), d'Eternité, la personnification de l'univers, décrit comme une majestueuse silhouette remplie du cosmos. C'était une grande innovation, de telles créations n'étant pas encore communes.

Le personnage de Spider-Man et sa vie personnelle très tourmentée s'accordait très bien avec le style et les goûts de Ditko, ce que Lee reconnu finalement en créditant le dessinateur pour les intrigues sur la fin de leurs 38 épisodes. Après quatre ans sur le titre, Ditko quitta Marvel; lui et Lee ne furent pas en très bons termes pendant quelque temps, pour des raisons inconnues.


Les années Charlton et DC
Chez Charlton — qui payait moins par page mais donnait plus de liberté à ses créateurs — Ditko travailla sur des personnages tels que Captain Atom, Blue Beetle, Liberty Belle du scénariste Joe Gill (une back-up, histoire supplémentaire, publiée dans le comics E-Man), sa propre création, Killjoy (aussi dans E-Man), et The Question. Sur les deux derniers, Ditko exprima librement sa philosophie personnelle, inspirée par l'objectivisme d'Ayn Rand et les écrits du philosophe grec Aristote. Ditko produisit beaucoup pour Charlton pour des sites de science-fiction et d'horreur. Il dessina par ailleurs 16 histoires pour les magazines d'horreur de Warren Publishing.

En 1967, Ditko exprima ses idées philosophiques de la manière la plus claire sous la forme de Mr. A, publié dans le titre indépendant de Wally Wood Witzend #3. La ligne dure de Ditko à l'encontre des criminels fit l'objet d'une controverse et lui aliéna beaucoup de fans, mais il continua à produire des histoires et des pages de Mr. A jusqu'à la fin des années 1970. Ditko revint une nouvelle fois sur Mr. A en 2000.

En 1968, Ditko produisit son premier travail pour DC Comics. Il créa le Creeper (dans Showcase #73, Mars-Avril 1968, avec Don Segall); et co-créa, avec le scénariste Steve Skeates, Hawk and Dove dans leur propre titre, travaillant sur les deux premiers épisodes (Septembre-Novembre 1968) avant que le titre ne soit confié au dessinateur Gil Kane. De manière inhabituelle pour l'époque, Ditko utilisa ces super-héros pour explorer des problèmes éthiques compliqués.

Le passage de Ditko chez DC fut court — il travaillera sur six épisodes du titre du Creeper, Beware the Creeper (juin 1968 - avril 1969), laissant le dernier à moitié achevé — et, là encore, les raisons de son départ sont floues. À partir de ce moment et jusqu'à la moitié des années 1970, il travailla exclusivement pour Charlton et plusieurs éditeurs de petite taille/indépendants.


Fin de carrière
Ditko revint chez DC vers 1975, créant un titre éphémère, Shade, the Changing Man. Shade fut plus tard ressuscité avec succès, sans implication de Ditko, et fut l'un des titres les plus longs de la ligne Vertigo de DC. Il ramena aussi le Creeper et fit quelques autres travaux plus obscurs. Il retourna finalement chez Marvel en 1979, prenant en main le titre Machine Man créé par Jack Kirby. Il travailla en indépendant pour les deux compagnies, co-créant par exemple Speedball avec Roger Stern (ce qui donna lieu à une courte série), jusqu'à son retrait des comics grand public en 1998, produisant dans ses dernières années une grande quantité de comics, travaillant aussi bien sur des personnages connus comme Sub-Mariner (dans Marvel Comics Presents) que sur les Power Rangers.

Depuis lors son travail solo a été publié de manière intermittente par l'éditeur indépendant et ami de logue date Robin Snyder, qui était son éditeur chez Charlton, Archie Comics (quand Snyder scriptait les intrigues de Ditko pour un renouveau de The Fly créé par Joe Simon and Jack Kirby), et Renegade Press dans les années 1980. Les livres publiés par Snyder comprennent Static, The Missing Man, The Mocker et, en 2002, Avenging World, un recueil d'histoires et d'essais couvrant 30 ans de carrière.À noté que Steve Ditko a eu pour collaborateur le talentueux desssinateur Mort Todd et l'animatrice-chanteuse April March (entendue dans le film "Death Proof" de Tarantino et sur le label Tricatel)

Ditko réside à New York. Continuant à dessiner de manière prolifique, il protège beaucoup sa vie privée et refuse les interviews depuis les années 1960, préférant laisser parler son œuvre pour lui.Récemment la B.B.C via l'animateur Jonathan Ross lui a dédié un documentaire ou l'on constate son influence auprès d'auteurs aussi divers que Neil Gaiman et Alan Moore.

Les autres dossiers
  » LA SAGA MARVEL par Peter Sanderson
  » Lee Elias
  » Alfredo Alcala
  » Dave Cockrum
  » Don Heck
  » Alex Toth
  » Chris Claremont
  » Jean-Yves Mitton
  » Berni Wrightson
  » Daredevil
  » Les Vengeurs
  » Todd McFarlane
  » Mike Mignola
  » Jim Lee
  » Gil Kane
  » Steve Ditko
  » Neal Adams
  » Gene Colan
  » Jack Kirby
  » Stan Lee
  » John Byrne
  » John Buscema